Fantasmes et souvenirs d'enfance ...

Ici, raconte tous tes fantasmes de branles imaginaires...

Fantasmes et souvenirs d'enfance ...

Messagepar Tripotin54 » Lun 10 Sep 2018, 20:51

Beaucoup de mes fantasmes ont pour origine un évènement vécu parfois anodin, mais bien réel, dont les suites auraient pu être très différentes. Beaucoup aussi sont homosexuels, et remontent à mes jeunes années. J'ai dit dans un autre fil:

"J'ai fait 3 ou 4 séjours en colonie de vacances. Pendant le premier, la nuit, dans le dortoir, le touche-pipi battait son plein. Au cours du même séjour, ou du suivant, je me suis lié avec un voisin de dortoir. Nous avions des goûts communs: notre bite, et celle de l'autre. Nous n'osions pas nous serrer dans le même lit, de peur de nous faire surprendre par un autre garçon jaloux ou malveillant, ou par le moniteur. Quoique le mono, il aurait peut-être été indulgent, ou même complice. Il était peut-être passé par là, avant nous ! Nous avions discrètement rapproché nos lits, et tendions le bras pour nous toucher mutuellement la bite. La sienne était plus petite que la mienne, mais il bandait dur comme du bois, mieux que moi. J'adorais son sexe. Nous ignorions tous deux la masturbation, et son résultat. On était excités au maximum, sans savoir ni pouvoir se soulager ... Le séjour s' est terminé; il habitait très loin de chez moi et je ne pourrais le revoir que s' il revenait l'année suivante. Mais il n'est pas revenu.
J'ai alors regardé vers l'occupant d'un des deux lits voisins, plutôt mignon ...
...
Nous sommes alors devenus beaucoup plus proches, et nous nous sommes livrés aux mêmes plaisirs nocturnes que l'été précédent. Nous ne savions pas encore, ni l'un ni l'autre, nous masturber vraiment. Il me plaisait beaucoup; je crois que c'était réciproque. Lui aussi avait une queue plus petite que la mienne, et il bandait dur. À la fin du séjour, nous avons échangé nos adresses. J'habitais en proche banlieue, lui plus lointaine, et pas dans la même direction. Nous n'avions pas le téléphone. Une fois revenus, nous nous sommes écrit, lui le premier. Il m'avait invité à venir chez lui , mais un contretemps m'en a empêché. Quelques cartes postales encore, peut-être, Si seulement il avait habité plus près ... Je ne l'ai jamais revu.
....
L'année suivante, j'avais enfin découvert seul la branlette, l'éjaculation, le sperme , et je connaissais depuis un moment le plaisir de me mettre un doigt ou des objets dans l'anus. Le problème était de lubrifier efficacement, sans taches suspectes. Je croyais vivre un séjour formidable. J'ai été déçu. Le garçon avec qui je comptais me livrer à de longues séances nocturnes de masturbation réciproque, a vite préféré se satisfaire seul, aussitôt couché et le plus vite possible, comme pour battre un record de vitesse. Une nuit, l'ambiance dans le dortoir était survoltée. Un des "colons" , de son lit, me propose de le rejoindre. Il ne me plaisait pas. Toujours accompagné de son voisin de lit, je l'imaginais plutôt brutal, sans ménagement pour son partenaire. J'ai refusé. Un autre s' approche depuis l'autre côté du dortoir, et me dit "viens voir !". Je le suis, jusqu' au lit de son voisin.
Celui-ci, je l'avais déjà repéré: mignon, bronzé, portant le plus souvent un slip de bain bien moulant ... Allongé sur le dos, il était nu. J'ai caressé doucement son torse, son ventre, sa petite bite pointée vers le plafond, toute raide. Je n'ai pu résister: j'ai eu une envie folle de le sucer. Je me suis penché vers lui, et ai pris cette jolie quéquette dans ma bouche. Il s' est dégagé brusquement en protestant; ça le degoûtait! J'ai regagné mon lit, un peu penaud, et surtout frustré. Qelques instants plus tard, il était dans le lit du gars qui m'avait fait des avances, couché sur le côté, l'occupant habituel du lit plaqué à lui, par derrière, et qui remuait en cadence.
...
Ça ne me tentait pas. Mais j'aurais bien aimé me faire sucer, moi ! Peut-être même plus, avec un garçon doux et prévenant.
Un jour, un "grand" m'a traité de "pédé". J'ai protesté. Ça n'avait rien à voir.
Je n'ai rien fait de plus pendant la suite du séjour, à part me branler. Ce fut la fin de mes jeux avec des garçons."

Et si les choses avaient été différentes ?
Si l'un de ces deux garçons complices, mes voisins de lit (surtout le deuxıème), avait habité près de chez moi, nous nous serions sûrement revus fréquemment. Nous aurions partagé nos découvertes et, peut-être, commencé une relation durable.
Si ce garçon qui m'avait proposé de venir dans son lit m'avait paru sympathique et prévenant, j'aurais peut-être aimé céder à ses désirs.
Si celui que j'avais tenté de sucer n'avait pas fait le dégoûté, nous serions peut-être allés beaucoup plus loin ensemble, pour longtemps, peut-être ...
Et si ce "grand" qui m'avait traité de "pédé", avait simplement voulu tâter ... le terrain; si, au lieu de protester, je lui avais dit "J'aime jouer avec les garçons si ils sont gentils avec moi !", il m'aurait peut-être proposé de venir jouer avec moi les nuits suivantes ...
Ça fait beaucoup de "si", et de "peut-être" !
Mais si je n'ai plus rien fait ensuite avec des garçons, j'ai aussi des fantasmes inspirés des années qui ont suivi ... À suivre ?
Tripotin54
 
Messages: 70
Enregistré le: Mar 24 Juil 2018, 14:51
Localisation: Paris

Re: Fantasmes et souvenirs d'enfance ...

Messagepar jaimejouir » Dim 16 Sep 2018, 11:53

J'ai déjà raconté mes souvenirs d'enfance il y a quelques années, je ne vais pas y revenir, mais moi aussi, 50 ans plus tard, mon fantasme principal est de retrouver et de continuer ce que nous avions si bien commencé avec mon pote.

En colo, quand j'avais 11 ans, un pote aimait "tâter la quéquette" comme il disait. Bien sûr, j'ai accepté que l'on se touche, et deux ou trois fois nous avions rapproché nos lits pour nous tâter mutuellement assez longtemps. Sa bite en érection était plus grande que la mienne et j'aimais la sentir palpiter sous mes doigts. Après la colo, nous nous sommes perdus de vue, pourtant nous habitions tous deux en banlieue parisienne, mais assez loin. Je me demande s'il a "basculé" homo ou si comme moi il s'est marié. En tout cas il est resté dans mes souvenirs car je me souviens de son nom et de sa résidence alors que j'ai oublié tous les autres "colons".
Avatar de l’utilisateur
jaimejouir
 
Messages: 165
Enregistré le: Sam 03 Sep 2005, 10:22
Localisation: nord

Re: Fantasmes et souvenirs d'enfance ...

Messagepar Tripotin54 » Dim 16 Sep 2018, 23:17

Jaimejouir, nous devons être quelques uns sur ce forum à avoir ce genre de fantasme: retrouver longtemps aprés un complice de nos jeunes années, et reprendre une relation avec lui, sans pouvoir réaliser ce fantasme, du fait de notre situation familiale ...
J'ai lu avec plaisir tes différents posts, et si je ne me suis pas masturbé en même temps, c'est que je ne suis pas seul !
Ce sera pour cette nuit, jusqu'à la jouissance ou pas ... :branler: :branler:
En tout cas, si nos méthodes et, probablement, notre condition physique diffèrent un peu (j'ai été opéré d'un adénome de la prostate et n'ai plus que des éjaculation rétrogrades), il me semble que nous avons pas mal de sujets d'intérêt en commun ...
Amitiés et bonnes branlettes !
Tripotin54
 
Messages: 70
Enregistré le: Mar 24 Juil 2018, 14:51
Localisation: Paris

Re: Fantasmes et souvenirs d'enfance ...

Messagepar Tripotin54 » Lun 17 Sep 2018, 14:33

Bien sûr, j'étais assez échauffé hier soir, après avoir lu les posts de jaimejouir et une petite partie des autres sur les mêmes sujets. Cette nuit, constatant lors des préliminaires un début d'érection très prometteur, je me suis offert une jolie "totale", pour finir bandé comme rarement, sur un orgasme puissant. J'ai failli pousser un gémissement, au risque de réveiller mon épouse ! :ejac: :ejac: :ejac:
Tripotin54
 
Messages: 70
Enregistré le: Mar 24 Juil 2018, 14:51
Localisation: Paris

Re: Fantasmes et souvenirs d'enfance ...

Messagepar pat440 » Mar 18 Sep 2018, 10:00

2 souvenirs déjà évoqués par ci et par là, mais que je ne résiste pas à vous re raconter....

Premiers émois : le pédiatre chez qui ma mère m'emmenait. Il me faisait monter dans sa salle d'examen pendant que ma mére restait dans son cabinet. J'étais en slip, ausculté, mesuré, pesé puis allongé , il me baissait le slip , soupesait mes couilles puis me décalottait :mad: à un age ou je n'avais jamais pensé à le faire tout seul....peur, honte, mais aussi curiosité quand le soir au lit, j'y repensais en me la tripotant...cet homme m'a ouvert à l'idée de me masturber....il y a entre 50 et 60 ans.....et je n'ai jamais cessé....je pense encore à lui, dan son costume cravate alors que j'etais nu, la bite entre ses mains, le gland à l'air....

Visite un dimanche avec mes parents chez des cousins, la cousine d'une trentaine d'années est forte, voire grosse, fesses et seins rebondis. Ils nous font visiter leur nouvelle salle de bains.....rien d'excitant mais le soir au lit, j'imagine que la cousine se deshabille pour prendre un bain devant moi, je caresse mon gland, :branler: elle rentre dans son bain devant moi et ....je crache ma premiére purée.... :ejac: merci grosse cousine, j'ai toujours gardé ce gout pour les femmes fortes !

Je vous raconterai une autre fois, mes premiéres branlettes avec un copain l'été à la mer......
pat440
 
Messages: 135
Enregistré le: Lun 04 Mai 2015, 16:51

Re: Fantasmes et souvenirs d'enfance ...

Messagepar jaimejouir » Mer 19 Sep 2018, 10:07

Tripotin

Je suis vraiment content que tu aies joui grâce à mes récits (véridiques).

A propos de mon post "souvenirs" que je viens de relire (il date de 2005), que j'avais placé dans les fantasmes car toute la fin était un fantasme (à partir du 69), j'avais quelques semaines plus tard édité un nouveau post où je précisais ce qui s'était vraiment passé, mais celui-ci a disparu...

Je le recopie ici en mettant en italique ce qui est fantasme (n'oubliez pas que nous avions douze et treize ans)

Dans ce récit il ya une part d'authenticité et une part de fantasme.Qui peut trier ?. C'est facile.
Je n'ai aucun souvenir de ma première masturbation tellement elle remonte loin dans mon enfance. J'ai probablement remué en étant couché sur le ventre, et ceci m'a paru tellement agréable que j'ai continué par la suite. C'est d'ailleurs toujours ma technique favorite.
J'avais près de chez moi un copain plus jeune d'un an et demi environ. Un beau jour, comme beaucoup de garçons, nous avons voulu nous montrer la "quequette". De la vue au toucher, il n'y a qu'un pas que nous avons franchi facilement. Donc, quand nous nous voyions, notre camaraderie aboutissait souvent à se tâter la quequette. Bien sûr nous avions remarqué qu'elle durcissait lorsque nous nous touchions, et que c'était agréable. Quelque temps plus tard, je devais avoir 8 ou 9 ans,, à force de tâter, l'un de nous deux (je ne sais plus lequel) a pensé qu'on pourrait essayer de se sucer, ce que bien sûr nous avons fait sans tarder. Se toucher était agréable, mais se sucer, c'était encore meilleur. Nous ne savions évidemment pas qu'il fallait en même temps faire un mouvement de branle, nous nous sucions simplement tout en passant la langue sur nos bites. Ca a ainsi duré quelques années. Il fallait guetter une situation favorable pour ne pas être surpris, soit dans le logement soit dehors, ce qui arrivait quand même assez souvent.
Quand j'ai eu 12 ans et demi, j'ai commencé à éjaculer, et nos discussions à l'école m'avaient appris la branlette manuelle, même si je continuais principalement à ma masturber couché sur le ventre.
J'ai donc fini par demander à mon copain de me branler pour qu'il voit ce qu'on appelait "la jute". De mon côté je le branlais aussi. Curieusement, il ne connaissait aucune forme de masturbation, ses seuls plaisirs étaient avec moi.
Quelque temps après, et pendant qu'il me suçait je lui ai demandé s'il voulait bien qu'on essaie de s'embrasser comme au cinéma, c'est à dire sur la bouche. On a essayé, c'était divin de sentir ses lèvres fraiches sur les miennes, avec un bon goût de bite en plus. On a donc pris l'habitude de se sucer avant de s'embrasser. Une fois, il m'a si bien sucé que j'ai éjaculé dans sa bouche, et qu'il m'a embrassé juste après, c'était délicieux de sentir le goût de mon propre sperme que je prenais sur sa langue.
Je me souviens que j'avais 13 ans et demi et lui 12 lorsque nos parents nous ont laissé seuls une demi journée complète. Jusqu'à présent, par peur de nous faire prendre, nous ne nous étions jamais déshabillés. C'est donc ce que nous avons décidé de faire. Avant même d'avoir retiré nos slips, nous pouvions voir nos érections à l'intérieur. Je lui ai baissé le sien et je l'ai sucé longtemps tout en le branlant. Il soupirait de jouissance. Mon slip était trempé de mouille, je l'ai retiré tout en continuant de le sucer, et là il a eu une sorte de sanglot bizarre : c'était sa façon d'exprimer son orgasme. Moi, plus encore que de me faire sucer, j'avais envie de le sentir contre moi, de le caresser partout, de l'embrasser. Je me suis allongé sur le lit et lui ai demandé de se coucher sur moi. puis il m'a embrassé, je sentais sa langue contre la mienne. Comme il était plus petit que moi, sa bite arrivait contre mon pubis , et la mienne se retrouvait entre ses cuisses. Il remuait des hanches pour se branler contre moi, et même temps ses mouvements effectuaient un branlage sur ma bite érigée au maximum. Je ne tardais pas à éjaculer entre ses cuisses plusieurs jets de foutre, et je poussais un soupir de jouissance. Comme les mouvements l'avaient de nouveau excité, il sa détacha de moi et je précipita sur ma queue luisante de sperme, qu'il suça goulument. Je le tirai vers moi car je désirais le sucer en même temps, donc faire un 69, ce qu'on avait pas encore pensè de faire. Mais il était trop petit pour que sa bite arrive dans sa bouche, aussi comme il écartait les cuisses, je lui ai léché l'entre-jambe mouillé de mon sperme. A force de me sucer, je finis par lui éjaculer dans la bouche plusieurs jets de foutre. En même temps, il poussa de nouveau son sanglot bizarre et je compris qu'il jouissait aussi.
Ensuite, il se rallongea sur moi et m'embrassa à nouveau et échangeâmes mon propre sperme.

Notre histoire s'est malheureusement arrêtée là, car ses parents ont déménagé peu de temps après, et j'ai perdu sa trace. Quand je pense que je l'ai jamais vu éjaculer car il était trop jeune quand on s'est quittés. Comme je voudrais le retrouver !
Avatar de l’utilisateur
jaimejouir
 
Messages: 165
Enregistré le: Sam 03 Sep 2005, 10:22
Localisation: nord

Re: Fantasmes et souvenirs d'enfance ...

Messagepar sturbeur09 » Jeu 20 Sep 2018, 08:33

Bien belle histoire jaimejouir! J'ai connu à peu près le même cheminement avec un copain... Que de doux souvenirs ces préludes à des branles collectives d'ados!
Avatar de l’utilisateur
sturbeur09
 
Messages: 255
Enregistré le: Mer 27 Avr 2011, 00:33
Localisation: Midi-Pyrénées

Re: Fantasmes et souvenirs d'enfance ...

Messagepar Tripotin54 » Jeu 20 Sep 2018, 13:58

J'ai, moi aussi, le lointain souvenir d'un toubib chez qui ma mére m'emmenait; et qui m'examinait à chaque consultation, quel qu'en soit le motif, derrière un paravent dans son cabinet, pendant que ma mère attendait. Je ne me rappelle pas s'il me décalottait, mais c'est quasiment certain. Par contre, je n'ai pas oublié qu'il me palpait doucement les couilles, et finissait par déclarer que j'avais un "développement glandulaire normal". J'étais trop jeune pour apprécier ce geste à sa juste valeur; j'ignorais encore la masturbation et tout le plaisir qu'on peut y prendre. Mais ça ne m'a pas traumatisé, loin de là ...
Je ne sais pas si cet examen fréquent était vraiment nécessaire, ou s'il aimait simplement tripoter de jeunes couilles sans poils !
Mes souvenirs sont vagues, mais je ne crois pas avoir trouvé ça désagréable ... :man:
Tripotin54
 
Messages: 70
Enregistré le: Mar 24 Juil 2018, 14:51
Localisation: Paris


Retour vers Tes fantasmes

Qui est en ligne

Utilisateurs parcourant ce forum : Aucun utilisateur inscrit et 2 invités