Les rapports sexuels et la branle

D'une façon comme d'une autre, même si la masturbation est quelque chose de très simple, la connaissance de quelques trucs peut facilement améliorer ton plaisir. Vous trouverez ici la plupart des réponses aux questions que vous vous posez sur la masturbation.
Répondre
Avatar du membre
lépicurien
Messages : 228
Enregistré le : dim. 03 mai 2020, 21:20

Les rapports sexuels et la branle

Message par lépicurien » mar. 30 mars 2021, 21:30

< Pour voir cette image, vous devez être enregistré et connecté >




< Pour voir cette image, vous devez être enregistré et connecté >




J’ai lu il n’y a pas longtemps sur le forum un échange sur les vertus comparées de la pénétration et de la branle. Je n’arrive pas à le retrouver et comme cette discussion n’était pas tout à fait en rapport avec le sujet du fil en question, j’apporte ma petite contribution en ouvrant un nouveau topic. Ça rejoint d’ailleurs une question qui intrigue arnaud.69, celle de la branle pour les mecs en couple, nombreux ici j’imagine…



Avec ma femme on fait l’amour en moyenne tous les dix jours. Pour un couple qui a déjà bien dépassé la cinquantaine, je trouve qu’il n’y a pas à se plaindre. D’ailleurs, la fréquence de nos rapports était bien plus espacée il y a encore environ deux ans. Nous avons eu dans la quarantaine et le début de la cinquantaine, comme beaucoup de vieux couples, notre période de refroidissement. La ménopause de ma femme et mes efforts pour un nouvel épanouissement ont eu un effet heureux, comme une nouvelle jeunesse.



J'ai fait cette entrée en matière un peu perso pour expliquer le rôle de la masturbation dans tout ça. Je n’ai jamais cessé de me masturber. Quand nos relations sexuelles s’étaient raréfiées, bien sûr que la branle venait pallier un manque! Mais la branle est aussi ce qui m’a permis de devenir sur le tard le super amant que je n’avais jamais été. Et d’ailleurs, plus et mieux je lui fais l’amour, plus je me branle et j’ai envie de me branler. Depuis quelques temps je me branle quasi tous les jours.



La branle et les images érotiques ou pornos nourrissent mes parties de baise. Et mes parties de baise nourrissent mes branles. Et la fréquentation de notre beau forum, ce que j’y lis et ce que j’y écris, c’est encore un aliment de plus pour mes plaisirs. Alors voici ma petite étude comparative de la baise et de la branle, à la manière d’une défense et illustration de l’une et de l’autre.



La branle et la baise :

— Si je vivais seul, je pense que la BRANLE occuperait une très grande partie de mon temps, ce qui n’est pas mon cas présentement. Et je crois que cela pourrait combler en très grande partie mes besoins. Comme je ne vis pas seul et que j’ai la chance d’aimer et d’être aimé, j’ai recherché et trouvé un équilibre entre branle et BAISE. Je ne pourrais pas en tous cas me contenter de baiser seulement.

— Quand je me BRANLE, le plaisir est surtout dans ma queue et mes couilles, même si j’ai appris avec les techniques taoïstes à répandre l’orgasme dans tout mon corps. Quand je BAISE, le plaisir est dans ma queue, mes couilles, mes cuisses, mes pieds, mes bras, mes reins qui s’activent, mes mains qui caressent, mon dos et toute ma peau qui sont caressés, ma tête, ma bouche, ma langue…

— Quand je me TOUCHE la queue, les sensations sont précises, intenses, inégalables de finesse et de justesse. Alors, ce que je désire avec ardeur, c’est ma queue! Quand c’est ma compagne qui me TOUCHE la queue, les sensations sont intenses, moins précises, mélangées aux autres sensations, celles des caresses que je lui donne, du contact de nos corps, de l’amour que j’ai pour la main ou la bouche qui me caresse. Alors ce que je désire avec ardeur, c’est elle, son sexe et son corps tout entier.

— Quand je me BRANLE, je me délecte de la vue de mon chibre, si je le fais en plein jour, ou bien de l’imagination de mon chibre si je le fais dans le secret de la nuit. Quand je BAISE, je me délecte de la vue de ma compagne, de ses seins, de sa peau, de ses reins, de ses fesses, de ses cuisses, de ses jambes, de ses pieds, de ses mains, de son visage, de sa bouche, de sa chatte. Je me délecte aussi non pas de me voir mais de la sensation de mon corps qui baise, de tout mon corps de mec en action.

— Quand je me BRANLE, je prends mon temps, je suis maître de mon temps, ça peut durer indéfiniment, mais il y a toujours une durée qui est celle que délimite le moment où j’atteins la satiété. Quand je BAISE, je prends mon temps et je me mets au diapason de son temps à elle, je ne maîtrise plus rien de ce temps, c’est comme un voyage dont je ne connais pas la destination ni le parcours, un voyage qui dure quelquefois un peu, quelquefois beaucoup, et la satiété est souvent aussi le terme de ce voyage, mais l’idéal est que ce soit la satiété des deux partenaires du jeu.

— Quand je me BRANLE je suis maître de mon plaisir, je fais ce que je veux et je le fais en expert de la masturbation, ce qui me procure une jouissance chaque fois incroyable et un bonheur immense. Je me fais le plus beau des cadeaux. Quand je BAISE, je partage avec elle la responsabilité de réussir notre partie de plaisir, je suis davantage maître de son plaisir que du mien, et elle est davantage maîtresse de mon plaisir que du sien, mais c’est surtout une synergie, c’est-à-dire un accord qui démultiplie notre plaisir à tous les deux: lui donner du plaisir me procure une jouissance toujours incroyable et un bonheur immense. Nous nous faisons l’un l’autre le plus beau des cadeaux.

— J’ai toujours terriblement envie de me BRANLER, particulièrement si je suis seul car alors l’excitation est à son comble, mais également si je suis avec elle et que c’est un jour où l’on ne fait pas l’amour. J’ai toujours terriblement envie de FAIRE L'AMOUR, mais je n’éprouve plus jamais la frustration d’un manque de baise car il n’y a rien de meilleur que de percevoir et de recevoir les manifestations de son désir à elle.

— Quand je me BRANLE, je suis comme une barque sans rameur, une barque humanoïde qui aurait un bras pour tenir sa propre barre de gouvernail… Quand je BAISE, je suis comme un cavalier ET sa monture, une monture volante à laquelle le cavalier est connecté comme un Na’vi du film Avatar à son "ikran", je suis double et je vole…



:branler: :kapo: lépicurien

Avatar du membre
Webmaster
Site Admin
Messages : 1886
Enregistré le : lun. 05 juil. 2004, 15:57
Localisation : Montpellier
Contact :

Re: Les rapports sexuels et la branle

Message par Webmaster » ven. 02 avr. 2021, 14:13

Je me souviens aussi de ce thème (en dehors d'un sondage également), d'autant plus que j'ai été obligé de balayer un très grand nombre de sujets pour faire le nettoyage, mais je ne sais plus où il est passé non plus. Si jamais tu en as conservé trace, je peux regrouper le contenu des échanges avec ce sujet.

Avatar du membre
arnaud.69
Messages : 767
Enregistré le : dim. 26 août 2007, 09:50
Localisation : Bruxelles

Re: Les rapports sexuels et la branle

Message par arnaud.69 » ven. 02 avr. 2021, 18:36

Mes deux pense sur la distinction baise/branle...



viewtopic.php?f=46&t=9829&p=49142&hilit ... AFt#p49142 :
arnaud.69 a écrit :
mer. 14 oct. 2020, 23:09

  • Un coït s'accompagne de tout un chapelet d'émotions affectives, absentes lors d'une masturbation.

    Le désavantage d'un coït est d'être relativement bref (20 minutes...) et de devenir peu à peu routinier.

  • Une masturbation procure un plaisir physique plus intense et, surtout, (beaucoup) plus prolongé qu'un coït.

    La masturbation en compagnie d'un autre mec permet cependant une sorte de "communion" sensorielle, même sans contact réciproque, avec quelqu'un qui éprouve 100% les mêmes sensations... Le tout pimenté par l'idée (assez risible) de transgresser le tabou culturel d'une pratique généralement considérée comme "homosexuelle".

Un solosexuel est un homme qui a délibérément opté pour la deuxième option. Notamment parce qu'il a choisi de s'accorder quelques années sabbatiques de liberté célibataire, ou parce qu'il a appris à se méfier de l'idéal de la vie en couple...

Les solosexuels ont leur propre symbole de ralliement :

< Pour voir cette image, vous devez être enregistré et connecté >



A.

Avatar du membre
Yop_31
Messages : 501
Enregistré le : mer. 22 juil. 2009, 15:00

Re: Les rapports sexuels et la branle

Message par Yop_31 » ven. 02 avr. 2021, 19:49

Heu.... une relation sexuelle à deux ne se limite pas à un coït....on peut jouer plusieurs heures à deux, de plein de façons.... avoir plusieurs orgasmes ou un seul à la fin, avoir plusieurs pénétrations ou une seule à la fin

Le désavantage d'un coït lié à une durée limitée n'existe pas selon mon expérience

On peut aussi se masturber rapidement et de façon routinière, et cela devient ennuyeux aussi



Je persiste à dire que les deux, coït et masturbation, sont complètementaires et peuvent être aussi riches en sensations l'un que l'autre..

Avatar du membre
zizigoto
Messages : 440
Enregistré le : sam. 19 sept. 2009, 20:41
Localisation : 68

Re: Les rapports sexuels et la branle

Message par zizigoto » ven. 02 avr. 2021, 20:32

Je partage totalement l'avis de Yop_31.

Avatar du membre
Kong
Messages : 418
Enregistré le : dim. 21 mai 2006, 15:09
Localisation : Côte d'azur
Contact :

Re: Les rapports sexuels et la branle

Message par Kong » ven. 02 avr. 2021, 21:00

Lépucurien, jolie démonstration !

Avatar du membre
lépicurien
Messages : 228
Enregistré le : dim. 03 mai 2020, 21:20

Re: Les rapports sexuels et la branle

Message par lépicurien » sam. 03 avr. 2021, 12:26

Webby a écrit:


Je me souviens aussi de ce thème (en dehors d'un sondage également), d'autant plus que j'ai été obligé de balayer un très grand nombre de sujets pour faire le nettoyage, mais je ne sais plus où il est passé non plus. Si jamais tu en as conservé trace, je peux regrouper le contenu des échanges avec ce sujet.


@Webmaster: Oui, Webby, j'ai retrouvé cet échange. C'était dans le sujet "À la façon du missionnaire", de la section "Jouer avec le pénis". Une discussion qui était partie de la comparaison entre les sensations procurées par cette technique et celles que procure une pénétration vaginale ou anale. Et cela s'était un peu élargi à une comparaison entre les rapports sexuels et la branle.



Sinon, j'ai eu cette nouvelle réflexion, pour compléter ma propre comparaison entre la baise et la branle:

— La BRANLE est pour moi une sorte de méditation. Cela me permet de cultiver suffisamment de conscience du moment pour en avoir des souvenirs précis. D’où les récits détaillés que je fais sur mon fil "Très longue branle sans éjac et autres récits". Et d’ailleurs le fait même d’écrire ces récits c’est un des aliments pour les branles-méditations à venir.

— En revanche dans la BAISE, malgré le self-control, je trouve qu'il n’y a pas assez de maîtrise, comme je l’ai dit avant (ni maîtrise du temps ni maîtrise du jeu lui-même), pour que la conscience en soit complète. C’est un jeu à deux donc un dialogue plutôt qu’une méditation. Ce voyage d’un être-deux pour une destination inconnue pourrait certes se raconter mais ce serait un travail assez considérable. Il y a des récits de baise dans la littérature érotique, mais le récit circonstancié, réellement vécu et parfaitement détaillé que j’essaie de faire pour mes branles me paraît quasi impossible pour un rapport sexuel. Trop de sensations mêlées, trop d’inconscience aux moments des orgasmes, trop de partage et de simultanéité entre sensations données et sensations reçues. Je pourrais le tenter à la rigueur mais il y faudrait un temps que je n’ai pas: un chapitre pour chaque voyage, pour composer une sorte de roman qui serait celui de l’amour et de la vie, mais pour quel lecteur et dans quel but ? Ce ne serait pas en tous cas comme pour mes récits de masturbation dans l’esprit d’un entraînement, d’un travail de la technique, d’une méditation. Ces voyages-là sont à vivre, c’est-à-dire tout simplement à offrir à l'instant ("carpe diem"), à donner à l’amour, à abandonner à Dieu (l’un ou les autres, ou bien tout cela à la fois, selon notre philosophie).



lépicurien

Répondre